le coeur en exil 000

Voici 1 vidéo qui n’est pas le teaser officiel. ( Il sera tourner au printemps 2020). Ces images ont été prises pendant une présentation au festival de Charleville-Mézières en 2019.

…https://youtu.be/xVCQCsI0jIc…

 

55 minutes avec une clowneuse-marionnettiste-chanteuse qui se joue de l’orgue de Barbarie, de l’ordre des mots et du silence…

Confection, interprétation, écriture : Katia Leroi Godet
Bande sonore : Buxi, Gaël Jaton, Katia leroi Godet
Regards et Oreilles extérieurs : Claire Heggen, Alain Bourderon, Nadine Gabard et Kalima
Arrangeurs de carton : Jean-Marc Puigserver ( le coeur a sa mémoire de Rachèle Labovitch/les taites raides, Youkali de kurt Weil) et Antoine Bitran ( la valse des enfants perdus de Badalamenti/ la cité des enfants perdus de Jeunet)
Extraits : Ha mio core de Handel et tripsody de Cathy Berberian,

 

Dossier téléchargeable de Cœurs en exilPDF copie

 

encart Coeurs en exil-111

Comment répondre au nouvel orgue des admissions lorsqu’on a un nœud sur la langue ?

Pour cette audition onirique , elle émerge de sa robe en lambeaux et délivre pèle-mêle les haillons qui tissent son histoire parsemée de nœud. Elle dévoilera les corps palpitant de ces nœuds qui nous construisent : nœud de cœur, dans le ventre, nœud de société, de papillon sous le réseau. Lorsque surgit le nœud marin qui prend la marge, un nœud dans la gorge s’interpose: le neurone errant rôde…

 

Ainsi la réalité s’emmêle les pieds dans la toile, provoquant sa chute dans le maelström de l’éternel retour : La lutte pour la vie ou l’amour de la vie.

 

C’est avec la complicité du public que le dénouement inattendu libère la parole.
Ce qu’on tait, ce qui tue prend corps et invite chacun à embarquer sur le radeau
poétique où l’humain est habité par un cœur en exil.

Une odyssée tissée de haillons, de chant et de rires.

C’est un plaisir artistique et sensible qui lance un défi à nos nouveaux monstres.

 

 

Si je vous disais que nous vivons dans un sac de nœud, que nos identités se brodent de nœuds qui se font, se défont…Je tisse mes histoires avec ces liens, ces haillons, ces lambeaux. C’est ainsi que naît l’odyssée de l’audition devant le nouvel orgue. Un à un, nœud après nœud de gorge dans le ventre de lacet, de papillon, je libère ce récit pour dénicher le nœud-none marin en partageant avec vous l’astuce qui dénoue.

 

Galerie

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.

 

Retour case